De L'anneau Du Kerry

De L'anneau Du Kerry

Setter irlandais rouge

une protection indispensable

Les vaccinations du chiot
sont là pour stimuler la mise en place de ses défenses et protéger
votre chiot contre certaines maladies contagieuses qui pourraient lui
être fatales. Elles peuvent être pratiquées dès l’âge de 6 à 8 semaines.

Suivant qu’il est ou non exposé à un fort risque de contamination,
votre vétérinaire vous dira quel est le meilleur moment pour commencer
les vaccinations et quels vaccins il convient d’administrer à votre chiot.
Pour bien vous conseiller, votre vétérinaire prendra en compte le mode
de vie de votre chiot, les lieux qu’il est amené à fréquenter (pensions,
séjour à l’étranger…), les contacts qu’il a avec d’autres chiens, la
pratique éventuelle de sports canins, etc. N’hésitez pas à bien lui
expliquer la façon dont vous allez vivre avec votre compagnon.


En l’absence de risque particulier, les premières injections vaccinales sont généralement effectuées vers la 8e semaine. En général, une seule injection suffit pour administrer les 3 vaccins principaux.


La maladie de Carré


Cette maladie qui touche en priorité le système respiratoire faisait
autrefois des ravages chez les chiens ; le virus responsable est
étroitement apparenté à celui de la rougeole de l’homme. La maladie a
beaucoup régressé grâce à la généralisation de la vaccination mais le
virus touche un grand nombre d’espèces sauvages et il ne demande qu’à
réapparaître chez le chien si on arrête de vacciner. Contrairement à une
idée reçue, un chien peut être atteint par la maladie de Carré à tout
âge si ses rappels de vaccination ne sont pas effectués régulièrement
correctement.


L’hépatite infectieuse


Le virus de l’hépatite infectieuse canine (ou hépatite de Rubarth)
peut être responsable de la mort fulgurante de très jeunes chiots qui
décèdent en quelques heures sans symptômes particuliers. Chez des chiots
plus âgés, la maladie n’est pas aussi grave mais elle peut laisser des
séquelles irréversibles au niveau du foie et des reins.


La parvovirose


La parvovirose reste l’affection digestive la plus grave et la plus
fréquente du jeune chien. Elle continue de sévir régulièrement à cause
de l’extrême résistance du parvovirus dans l’environnement et de
l’émergence de nouvelles souches virales. Elle frappe les chiots au
sevrage sous la forme d’une gastro-entérite hémorragique. Le taux de
mortalité peut monter jusqu’à 90 % en l’absence de protection vaccinale.
Avec la maladie de Carré, la parvovirose est la maladie la plus
meurtrière chez le chiot.


 


Premiers rappels de vaccins vers l’âge de 3 mois


Les premières injections vaccinales (ou primovaccinations) ne seront
efficaces que si elles sont suivies d’injections de rappel. Il est donc
nécessaire d’effectuer un premier rappel des vaccins ci-dessus lorsque
le chiot a acquis une certaine maturité sur le plan immunitaire, vers
l’âge de 3 mois.


Si nécessaire, on peut alors ajouter la vaccination contre la rage et la leptospirose.


La rage

La
vaccination antirabique n'est plus obligatoire pour les chiens qui
demeurent en France, à l'exception des chiens inscrits dans la catégorie
1 (chiens d'attaque) et 2 (chiens de garde et de défense), qui doivent
impérativement être vaccinés contre la maladie, même s'ils ne sortent
pas du territoire.

Théoriquement, vous pouvez donc laisser votre animal en pension ou
l’emmener dans un camping sans qu’il soit vacciné contre la rage. En
pratique, renseignez-vous cependant auprès de l’établissement concerné :
l’obligation de vaccination antirabique figure encore souvent dans les
conditions d’admission. La vaccination est réalisée sur un chiot âgé de 3
mois révolus.


La leptospirose


Il s’agit d’une maladie due à une bactérie, qui est transmissible à
l’homme. Elle sévit beaucoup dans les zones humides où vivent des
rongeurs qui peuvent transmettre la maladie. Les chiens qui vivent à la
campagne doivent donc être bien protégés.


De 15 à 17 semaines :
Rappel éventuel  des vaccins contre la rage et la leptospirose.


A l’âge de 1 an :
Rappel général de toutes les vaccinations effectuées précédemment.


Pour le suivi ultérieur des rappels, consultez régulièrement le carnet de santé .